Le plus rapide sur 100 m à 105 ans, un Japonais rêve de courir avec Bolt

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

713282f0d0720965768be9e4cdcc7ef9782e2091

 

Un guilleret Japonais plus que centenaire est entré mercredi au pas de course dans le livre Guinness : il a établi le record du monde du 100 mètres des plus de 105 ans, adressant dans la foulée un clin d’oeil à Usain Bolt, aux côtés duquel il rêve de courir un jour.

Hidekichi Miyazaki, surnommé « Golden Bolt », en référence à l’homme le plus rapide de la planète, a parcouru la distance en 42 sec 22, à Kyoto.

« Je ne suis pas satisfait de ce temps », a déclaré à l’AFP ce petit homme sec, juste après avoir repris son souffle. « J’allais si lentement pendant la course que les larmes m’en sont venues aux yeux. »

Vêtu d’un tee-shirt et d’un petit short porté très haut, le tout dans sa couleur de prédilection, le rouge, M. Miyazaki, a opéré un démarrage un peu chancelant. Mais, très vite, il a retrouvé son élégante foulée et traversé la ligne sous les applaudissements de ses arrière-petits-enfants venus les bras chargés de fleurs.

Pince-sans-rire, il a fêté cet instant en prenant la célèbre pose de l’éclair de la légende Usain Bolt avant de recevoir le certificat officiel du Guinness pour cette catégorie nouvellement créée.

– La vie devant lui –

Il est de ceux qui ont toujours la vie devant eux : « Je suis encore un débutant, vous savez. Je vais devoir m’entraîner plus dur encore. L’entraînement s’est passé à merveille et je me suis fixé un objectif de 35 secondes. Je peux encore aller plus vite. »

« Je vais vous dire une chose : je suis fier de ma santé. Les médecins m’ont examiné il y a quelques jours et je me porte comme un charme. Je n’ai peut-être plus l’esprit très vif mais physiquement je suis tip-top. Je n’ai jamais eu un problème de santé, ajoute-t-il. Il ne fait aucun doute que je peux encore courir deux ou trois ans. »

Interrogé sur les dernières performances de Bolt, triple médaillé d’or (100, 200, 4×100 m) aux Mondiaux d’athlétisme le mois dernier à Pékin, M. Miyazaki fait une petite moue taquine : « Mais il n’a pas encore couru contre moi ! ».

Le petit homme au pied léger, qui détient le record du monde du 100 m des centenaires en 29 sec 83, ne renonce pas à son projet de course contre le géant du stade.

– Un rendez-vous manqué –

« J’aimerais toujours courir contre lui », lance dans un grand sourire, l’oeil vif surmonté de gros sourcils poivre et sel, le play-boy des plus anciens parmi les plus anciens dans un des pays à l’espérance de vie la plus longue.

« Il y a deux ou trois ans, Bolt est venu au Japon et a dit qu’il voulait me rencontrer. Quelqu’un a essayé de me contacter à ce sujet mais j’étais sorti et il est parti sans me voir. Je l’ai regretté amèrement », se souvient-il.

Mais le temps réalisé par le Japonais est plus de quatre fois supérieur à celui du sprinter jamaïcain, dont le record du monde est de 9 sec 58. M. Miyazaki perd malheureusement de précieuses secondes en n’entendant pas le coup de feu de départ. « Peut-être que je vieillis un peu », concède-t-il en riant de bon coeur. « Nous finissons tous par être rattrapés par l’âge », disait-il avec philosophie mercredi, au lendemain de son 105e anniversaire.

Né en 1910, alors que le Titanic était encore en construction, il ne s’est lancé dans la course à pied qu’à plus de 90 ans. Son secret : une petite sieste avant le départ.

Ce petit gabarit, 1,53 m et 42 kg, s’entraîne chaque jour : il glisse un poids d’un kilo dans un sac à dos et en route pour le parc de son quartier de Kyoto ! « C’est une question de volonté », estime M. Miyazaki. « Il faut continuer, continuer. »

Les équipes de télévision japonaises se sont pressées à sa rencontre lorsqu’il est arrivé pour son record en beau dandy décontracté : pantalon blanc à la coupe impeccable, panama joliment penché sur la tête…

 

AFP

No Responses

Leave a Reply

Translate »